Chronique 43 : Sauvage par nature de Sarah Marquis

Publié le par audrey

Chronique 43 : Sauvage par nature de Sarah Marquis

Résumé :
De Sibérie en Australie,
3 ans de marche extrême en solitaire.
Ne vous fiez pas aux apparences, Sarah Marquis est une vraie guerrière capable d’échapper aux attaques des cavaliers mongols et aux trafiquants de drogue dans la jungle laotienne. À l’approche du danger, elle se cache, glisse dans la nuit et se déguise en homme pour survivre.
Les animaux sauvages et la nature sont sa famille. Elle s’endort comme un bébé aux cotés des serpents, des loups, des chevaux sauvages, des kangourous. Dépouillée de tout confort et de superflu mais pourvue de l’essentiel, cette jeune femme s’est adaptée aux conditions les plus extrêmes, pour mieux comprendre ce qui nous lie à la Terre et au « tout ».
Sarah Marquis nous livre le récit - tantôt drôle, tantôt poignant - de son odyssée de 1 000 jours et 1 000 nuits. La force de ses pas vous inspirera le respect. Sa philosophie de vie vous donnera le goût de l’aventure et vous emmènera au-delà de ces terres inconnues.

Récit du voyage de Sarah Marquis de la Sibérie à l’Australie.

Sarah Marquis, née le 20 juin 1972 à Delémont, est une aventurière suisse. Elle passe sa jeunesse à Montsevelier et se passionne pour les aventures et la vie sauvage. Après avoir essayé le cheval et le canoë, elle choisit la marche à pied sur de longues distances.
Son mode opératoire est le suivant: elle marche des dizaines de kilomètres avec un sac ou une petite charrette pour ses affaires et le soir elle plante une tente pour passer la nuit. Le ravitaillement est organisé par son frère et des sponsors financent ses expéditions. Elle donne aussi des conférences pour partager ses expériences.
En 2000 elle effectue sa première longue randonnée en solo du Nord au Sud de l'Ouest des Etats-Unis(4260 km en 4 mois) en passant par les Montagnes Rocheuses et le Désert des Mojaves.
La traversée des déserts australiens en 2002-2003 en 17 mois et 14 000 km est racontée dans son premier livre (L'aventurière des sables). Cette traversée dans le fameux outback australien est une classique pour les aventuriers.
En 2006 elle suit la Cordillère des Andes, du Chili au Machu Picchu (7 000 km en 8 mois). Dans cette expédition elle a aussi bénéficié de l'aide d'un guide, qui a ensuite révélé l'avoir transportée en voiture sur 200 km. L'émission « Mise au point » de la Télévision suisse romande a révélé que Sarah Marquis n'avait pas mentionné ce fait dans ses récits (La voie des Andes).
ExplorAsia est le nom donné à sa dernière aventure (de la Sibérie à l'Australie en passant par la Mongolie, le désert de Gobi, la Chine, le Laos et la Thaïlande). Elle doit affronter des températures de -20 degrés Celsius, des tempêtes de sable, des visites nocturnes malveillantes de cavaliers mongols, des nuits cachée dans les égouts, des trafiquants de drogue et des poussées de dengue. Dans cette expédition elle a testé un appareil, développé par le Centre suisse d'électronique et de microtechnique, qui permet au Centre hospitalier universitaire vaudois de suivre en direct l'état de santé de la randonneuse. Elle publie en 2014 Sauvage par nature, récit de ce voyage de 1000 jours.
En 2014, le magazine National Geographic a nominé Sarah Marquis " Aventurière de l'année " et elle entre ainsi pour 2014 dans le « top 10 des géants de l'aventure ».

Ce livre est assez intéressant : on y retrouve des astuces comme par exemple comment avoir de l’eau… On suit Sarah tout au long de son voyage qui n’est pas de tout repos ! Sa forte personnalité lui permet de toujours s’en tirer. A travers elle, on découvre des pays, des cultures, des populations. Je regrette de ne pas avoir plus de détails sur certains pays comme la Sibérie, le Laos et la Thailande, qui je trouve ont été survolés par rapport aux autres.
Sinon, ça reste très agréable à lire, elle nous transporte avec elle dans ses voyages notamment grâce au petit plus : des photos !
Si vous aimez les voyages, la découverte, je pense que ce livre vous plaira !
Ma note
3.5/5

Publié dans livres chroniques

Commenter cet article