Chronique 25 : Nos étoiles contraires - John Green

Publié le par audrey

Chronique 25 : Nos étoiles contraires - John Green

John Green est né en 1977. Il vit avec sa femme et son fils à Indianapolis, la capitale de l'État de l'Indiana, aux États-Unis. Il est l'auteur des best-sellers internationaux Nos étoiles contraires et La face cachée de Margo, adaptés au cinéma, et a reçu de nombreux prix dont le Michael L. Printz Award, prestigieux prix américain, pour son premier roman, Qui es-tu Alaska ?

Résumé : Hazel est malade. Gravement. Augustus est en rémission. Elle a 16 ans, lui 17. Dès leur rencontre, en groupe de soutien, il est charmé par son originalité, elle est séduite tout court. Ils ont le même humour, le même regard sans concession et leur complicité est immédiate. C’est le début d’une magnifique histoire d’amour et d’amitié.

Ce livre trainait depuis quelques temps dans ma PAL, et le challenge PKJ du mois de mai a fait que je me suis décidée à le lire ! J’appréhendais un peu, car j’avais vu le film il y a un moment, bon il était sympa. Ensuite j’avais lu « la face caché de Margot » du même auteur que je n’avais pas vraiment aimé et j’ai vu le film qui pour moi était une horreur (désolée). Donc cette lecture me faisait un peu peur… Finalement, je suis bien contente de m’être lancée !

Hazel, 16 ans à un grave cancer. Elle participe à un groupe de soutient où elle rencontre d’autres jeunes malades. Elle fait la connaissance d’Augustus qui lui est en rémission. Le contact passe très vite entre eux…

Ce livre parlera à tous le monde car je pense que l’on connaît tous au moins une personne touchée par cette maladie. L’histoire est d’autant plus touchante, poignante, car c’est d’enfant dont il est question. Impossible de ne pas avoir la larme à l’œil, mais impossible de ne pas sourire non plus si ce n’est de rire. Oui car même si l’histoire en elle même est triste, il n’en reste pas moins que les personnages ont de l’humour ! En effet, autant Hazel que Gus ou qu’Isaac arrivent à plaisanter sur leurs maladies.
Hazel est la narratrice. Cette jeune fille de 16 ans a un cancer qui lui impose d’être en permanence sous oxygène et elle doit avoir sa bouteille partout avec elle, ce qui est encombrant et ne passe pas inaperçu! Elle est forte, et même si elle a des moments de faiblesse, elle se bat ! Drôle et intelligente, elle aime lire, en particulier un livre « une impériale affliction » de Peter Van Houten (auteur et roman fictif).
Augustus dit Gus, est un beau jeune homme de 17 ans en rémission. C’est un ancien basketteur, qui ne pratique plus, car amputé d’une jambe, il est aussi drôle et fait tout pour faire plaisir à Hazel.
Isaac est l’ami de Gus, son cancer lui à imposer le retrait de ses yeux, il est donc aveugle, mais en rémission. Tout comme ses camarades c’est quelqu’un de marrant, mais plus sensible qu’eux.
Enfin Peter Van Houten, est l’auteur du livre « une impériale affliction » roman qu’Hazel affectionne beaucoup ainsi que Augustus à qui elle l’a fait découvrir. Son livre est assez particulier car il s’arrête en plein milieu d’une phrase. Cet auteur américain est parti vivre à Amsterdam. Coupé du monde il est alcoolique et désagréable, mais on fini par comprendre son comportement, ce qui le rend touchant.

Bien que quelques détails aient été inventés, l’histoire semble réelle, car le monde imaginé est très bien travaillé, ainsi que les personnages qui nous semblent plus que vrais, probablement car nous savons que nous pourrions être à leur place et qu’il y a énormément de gens touché par le cancer.
Le livre fait réfléchir, car il nous montre que des enfants peuvent être touchés, qu’ils se battent et que quand on pense que c’est fini, il faut garder espoir car tout peut changer, de même, malheureusement, quand on pense que l’on est sorti d’affaire, les choses peuvent mal tourner. L’histoire est remplie d’émotion, d’amitié, d’amour, de force, d’espoir… c’est très beau !
Je félicite l’auteur pour avoir su écrire deux histoires en une, celle de « nos étoiles contraires » et « celle d’une impériale affliction » sans fausse note !

Il me fait pensé un peu à "je t'ai rêvé" de Francesca Zappia car tout deux parlent de maladies qu'ont des enfants et arrivent à nous faire rire tout en parlant de sujet sérieux émouvants (ma chronique sur "Je t'ai rêvé" http://limaginationdevorante.over-blog.com/2016/02/chronique-12-je-t-ai-reve-de-francesca-zappia.html

C’est un livre que je vous conseil qui fait réfléchir et passer du rire aux larmes
Ma note 4/5

Publié dans livres chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article