Chronique 14 : Phaenix, tome 2 : Le Brasier des souvenirs de Carina Rozenfeld

Publié le par audrey

Chronique 14 : Phaenix, tome 2 : Le Brasier des souvenirs de Carina Rozenfeld

Résumé : Elle a tout oublié, il se souvient de chaque instant. Depuis la nuit des temps, ils se sont retrouvés pour former le Phænix. Cette fois, afin que l'oiseau mythique renaisse de ses cendres, les deux amants devront ranimer le feu sacré... Au cours de sa première année de fac dans le sud de la France, Anaïa a découvert qu'elle était détentrice d'un secret profondément enfoui en elle. Deux garçons qu'elle a rencontrés, Eidan et Enry, attendent d'elle qu'elle se souvienne, et qu'elle recouvre sa véritable identité. Une série de rêves troublants la hante, un mystérieux visiteur lui laisse des messages la nuit à travers les paroles de chansons... Grâce à ces indices, elle pourra renouer le fil coupé de son existence et découvrir que l'amour est la seule étincelle capable d'allumer le brasier de ses souvenirs. Celui qui est son âme soeur est là, près d'elle, tout près d'elle... Réchauffée par les flammes de leur passion, Anaïa devra encore affronter les démons de son passé. Leur fusion suffira-t-elle à réparer ce qui a été brisé et à écarter le péril qui les guette

Née le 13 février 1972 à Paris, Carina Rozenfeld rédige ses premiers écrits à l'âge de 10 ans. Elle fait d'abord des études dans le domaine de la géographie et de l'urbanisme, pour ensuite se diriger vers le monde des livres en travaillant pour Hachette Tourisme. Elle entame ensuite une carrière de journaliste et se spécialise dans la presse destinée aux jeunes lecteurs. Enfin, en 2004, à l'âge de 32 ans, elle publie son premier roman Lucille et les dragons sourds aux éditions Kryos, le livre sera traduit en Allemand. Carina Rozenfeld se fait connaître en 2008 à la suite de la publication de Le Mystère Olphite aux éditions L'Atalante et de Le Livre des âmes aux éditions Intervista dirigées par Luc Besson.

Anaïa comprend désormais qu’elle n’est pas comme tous le monde, mais elle ne se souvient toujours pas de qui elle est. Afin de faire renaître le Phaenix de ses cendres elle doit se rappeler. De ses souvenirs dépendent la vie de deux garçons, Eidan et Enry.

J’ai beaucoup aimé le premier tome « les cendres de l’oubli », et je voulais lire ce second tome assez vite ! Je n’aime pas lire les séries en suivant, j’ai donc intercallé un livre puis deux… et j’ai oublié ! Résultat, il s’est passé quelques mois entre ces deux lectures, mes souvenirs du premier tome ne sont donc plus très frais, mais je me souviens de l’essentiel !

L’histoire reprend là où nous nous étions arrêté dans le premier tome, c’est à dire au moment où Eydan avoue ses sentiments à Anaïa qui l’éconduit. Très vite, elle se rend compte que c’est lui qui hante ses rêves et comprend son erreur, seulement, Eydan a disparu ! Jusqu’à son retour, je trouve l’histoire assez longue, et je dois dire qu’il m’a manquée ! D’accord on a Enry, mais lui, je ne l’ai jamais aimé! Je ne vous raconte pas ma joie quand notre héroïne s’est enfin décidée à se séparer de lui !
Les deux garçons sont un peu caricaturés : Eydan est beau, riche, talentueux, sincère, un petit côté sombre…bref il est parfait, sauf qu’Anaïa est dans la retenue avec lui ; quand à Enry, il me fait penser à la pomme d’Adam et Eve, très attirant mais qui ne se révèle pas si inoffensif que cela, il a une personnalité assez complexe ! Quand on saisi ce qui a poussé le jeune homme à agir ainsi je crois que l’on peut comprendre, la peur nous fait parfois faire des bêtises ! Anaïa se révèle être un personnage touchant, elle a un côté innocent et naïf mais elle reste crédible au vu de ce qu’il lui arrive et on la voit évoluer.
La jeune femme fait toujours le même rêve et on a l’impression de tourner en rond jusqu’à ce qu’elle le comprenne. J’ai apprécié découvrir son passé à travers ses rêves ainsi que cette « communication » entre elle et Eydan grâce à la musique. J’ai aimé retrouver les paroles des chansons qui permettent de faire « une pause », qui donne un côté poétique à l’histoire, où l’on cherche le sens caché (ou pas) des paroles dont les protagonistes se servent pour communiquer et dévoiler les sentiments, ce qui apporte une touche de romantisme. Sans oublier les réseaux sociaux qui donnent un côté contemporain, réel, qui encore une fois sert de « coupure » à l’histoire. Ce sont des choses qui permettent de ne pas s’ennuyer je trouve car le rythme est régulièrement « cassé ».
Il est a noter que non seulement l’amour est présent mais aussi le désir, ce qui n’est pas commun pour du YA où l’on ne va généralement pas plus loin que le baiser, ça nous change et ça donne un côté un peu plus mature à l’histoire.
Seul bémol, l’histoire des oiseaux géant qui volent en pleine journée sans que personne ne les voient car" les gens ne regardent plus le ciel", c’est limite !

En conclusion, je dirais que c'est un tome riche en révélation, où l'on a notre part d'amitié, d'amour, de trahison et de fantastique, très agréable à lire, un peu plus mature que le YA habituel!

ma note 4/5

Publié dans livres chroniques

Commenter cet article